Georges Marbrooks

Monsieur Georges Marbrooks est un vieux libraire affichant un air austère.

Il arbore une allure spartiate et observe les gens par-dessus ses lunettes. Il porte de petits verres de lecture ornés d’une chainette argentée. Sa joue droite grimace par intermittence, et il n’en a pas le contrôle. Ce tic provoque un mouvement de la chainette qui retient ses montures, et cette dernière se dandine au rythme des soubresauts de ses muscles faciaux.

Imposant en tous sens, il apprécie le bon vin, le café fort et les pâtisseries. Ses yeux d’un bleu mer des Caraïbes adoucissent malgré lui la sévérité qu’il tente d’incarner. Son apparence détonne souvent avec ses agissements.

Distant et réservé, il impose le respect. Son autorité naturelle lui confère un certain charisme. Fin observateur, il sait reconnaitre une personne honnête.

Il manque de discipline pour le nettoyage et, parfois, ses agissements suggèrent que ses passions semblent s’être éteintes.

====================================

Ce jour-là, Georges Marbrooks, le vieux libraire, lui avait vendu trois livres. De l’un d’eux s’était échappée une lettre ancienne écrite de la main d’un certain Nathaniel Newcastle. Elle décrivait l’existence d’un navire ancien mis à nu dans l’Est-du-Québec : le Silentio Sapientiam in Saecula. Sa datation le situait à une date antérieure à Jacques Cartier et même à Christophe Colomb.