Jennifer Saint-Cleerc

Jennifer Saint-Cleerc est une jeune femme au début de la vingtaine.

De longs cheveux sépia encadrent son doux visage. Ses traits amérindiens et sa peau basanée font ressortir ses yeux turquins.

Jennifer est intelligente, mais timide. Un manque de confiance en elle transpire de tout son être. Elle marmonne souvent un alignement de mots enseignés par Lucia, sa grand-mère : « Shânti, shânti, shânti. »

De nature naïve, elle croit au bonheur d’une société parfaite. Durant son enfance, elle dessinait sans arrêt afin d’évacuer ses peines.

Elle aime l’astronomie, l’équitation et la lecture. Elle souffre de claustrophobie.

=======================================================

L’ancien monastère cistercien de style roman, construit en pierres taillées, était coiffé d’une toiture de lauzes. Ce lieu, comme beaucoup d’autres en Europe, vibrait d’une énergie particulière. Il fallait être à proximité pour ressentir les vibrations qui chuchotaient de sordides murmures en provenance du passé.

― J’aimerais bien que ces murs millénaires puissent nous raconter les amours, les pêchés, les trépanations et les trahisons qu’ils ont vus, avoua Jennifer.

Elle sursauta lorsqu’un corbeau quitta sa branche en croassant.

On entendit des hennissements à l’arrière des bâtiments. Jennifer redressa la tête. Les chevaux, qu’elle affectionnait passionnément, semblaient avoir senti sa présence amicale. Elle sourit à cette communication silencieuse.