Conseils

Aimeriez-vous connaitre les étapes prévues à mon échéancier de travail pour l’écriture d’un roman?

« Quand une phrase ténébreuse, alambiquée vous donne le vertige, souvenez-vous que ce qui donne le vertige c’est le vide. »

– Sacha Guitry

Bon, ça n’a pas toujours été aussi clair pour moi. Les premières ébauches étaient plutôt un désastre d’organisation. Je commençais un brouillon dans un cahier, puis je le poursuivais quelques semaines plus tard sur une feuille lignée. Parfois, je griffonnais des notes sur des bouts de papier qui s’égaraient, un jour ou l’autre, dans le fourbi qui recouvrait mon bureau.

Au fil du temps, des essais et des brouillons, j’ai trouvé ma méthode. La voici.

Je commence toujours par créer un plan du projet. Ce plan est fait simultanément sur un traitement de texte (pour la partie descriptive) et sur une très grande page (pour le tableau contenant les dates, les jours, la synchronicité des évènements). Le plan papier est habituellement recouvert de flèches, de dessins, de croquis. Très coloré, il m’aide à m’y retrouver visuellement. Le plan texte est habituellement un brouillon sommaire des idées de l’histoire.

Tout ceci évoluera en cours d’écriture.

Une fois le plan texte tapé grossièrement à l’aide d’un logiciel, je passe en revue mon plan papier afin de ne rien oublier et je commence ensuite la rédaction des paragraphes et des dialogues. Cette étape peut parfois durer plus d’un an et inclure de nombreuses recherches ainsi qu’un nombre incalculable de recommencements.

Vers la fin du projet, je fais une première lecture globale et d’un trait, si possible. Ceci me permet de consolider mes idées et d’être cohérente avec ce que je tente de raconter. Ici aussi, il peut se passer plusieurs mois.

Vient ensuite l’étape de la première relecture sérieuse et critique concernant la structure des phrases et l’orthographe. Je corrige et je corrige encore. Puis, c’est ici qu’intervient mon lecteur alpha. Ce dernier (mon conjoint), armé d’un stylo rouge et de beaucoup d’esprit critique, prend le temps de me lire et commente ma première ébauche. À la suite de ses opinions et de ses commentaires, je corrige, je retire, j’ajoute ou je ne touche à rien. À la toute fin, une centième vérification orthographique est nécessaire.

Lorsque je crois que mon roman en vaut la peine, je l’envoie à ma réviseure.

Écrire un roman exige des sacrifices et beaucoup de travail, mais il ne faut jamais perdre de vue qu’il s’agit avant tout d’un acte de générosité envers ceux et celles qui vous liront un jour.

Lors de mon apprentissage pour apprendre à écrire un roman, j’ai acheté quelques livres. C’est un plaisir pour moi d’en partager quelques-un avec vous. Commençons avec…

Écrire un livre: de la conception à la publication

Écrire un livre

Par Marilou Brousseau

Éditeur DAUPHIN BLANC (LE)
Paru le

Ce livre se démarque de ceux écrits sur le même sujet par la vision intérieure qu’il offre du monde du livre. Il réunit plusieurs intervenants et répond à une demande forte de la part des lecteurs et lectrices des deux auteures. Il fournit une mine de renseignements pertinents et utiles, mais surtout il donne confiance aux nouveaux auteurs et les accompagne tout au long de leur processus d’écriture et de publication.

—————————————

Comment écrire son premier roman

Comment écrire un romanPar Pascal Perrat
Éditeur 365 (PARIS)
Collection : Le cercle des écrivains
Paru le

—————————————

99 conseils pour écrire un roman

Comment écrire un romanPar La Griffonnière de manuscrits

Couverture souple, 180 pages.

Soigneusement préparé afin d’initier de nouveaux auteurs à l’écriture, ce livre s’adresse à ceux et celles qui ne sont pas experts des mots. En suivant les conseils offerts, apprenez comment transformer votre roman pour en faire une histoire palpitante. C’est avec une méthode simple que vous apprendrez que l’écriture est accessible à tous.

http://www.lulu.com/shop/99-conseils

 

—————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.